15 décembre 2016

Le problème à trois corps

Pour ceux qui ne l'auraient pas encore découvert, le 5 octobre dernier est paru le roman Le problème à trois corps 三体, de l'écrivain chinois Liu Cixin 刘慈欣, premier tome d'une fascinante trilogie de science-fiction, traduite par Gwenaël Gaffric.

"En traduction, il y a [encore peu de textes taïwanais]. Je ne peux m'empêcher de recommander Wu Ming-yi, dont j'ai eu le bonheur de traduire deux romans (L'homme aux yeux à facettes et Les Lignes de navigation du sommeil). En traduction aussi, Les Survivants de Wuhe (Actes Sud, trad. par E. Lin et E. Péchenart) ou les nouvelles de Hwang Ch'un-ming dans J'aime Mary (Bleu de Chine, trad. par M. Kolatte). En chinois, j'aime bien des auteurs comme Cheng Ching-wen 鄭清文, Lo Yi-chin 駱以軍 ou Kan Yao-ming 甘耀明." (Gwenaël Gaffric)
J'ajouterai que pour moi Li Ang, Le jardin des égarements, chez Philippe Picquier, a été la clé d'entrée dans la compréhension de Taïwan et que, sur place, la mémoire de passages entiers me venait tant la littérature entrait en vibration avec le réel observé.




14 novembre 2016

Il n'y a pas de citoyens inutiles

Il n'y a pas de citoyens inutiles, livre auquel j'ai eu le plaisir de contribuer, vient de recevoir, à travers Pascal Jacob, le prix Pierre Simon – Éthique et société. 
Le prix a été remis à Pascal le mardi 6 décembre 2016 à 18 h 30, à la mairie du 4ème arrondissement de Paris. 

03 novembre 2016

La route du retour

Treize heures de vol pour Vienne, deux pour Paris, récupération de 7 heures de décalage, bientôt à la maison. On part pour l'aéroport à l'instant. Il y aura tant de choses à dire sur Taiwan et les Taïwanais. Je cherche la forme idéale. Bises aux amis :).



01 novembre 2016

Spirale infernale

Je reviens de Taïwan, qui se trouve dans l'aire culturelle chinoise. Pendant des jours, je me suis baladé là où j'ai voulu, quelque soit l'heure, sans jamais avoir besoin de me soucier de ma sécurité. Vous oubliez un portable ou un porte-feuille dans un restaurant, vous revenez deux heures après, l'objet vous attend. Ou bien, si c'est votre téléphone, quelqu'un a appelé parmi les derniers numéros mémorisés pour vous donner un RV afin de vous le remettre. J'ai parlé ailleurs de la possibilité pour les jeunes femmes de s'habiller à leur guise sans être importunées. Vue de loin, comme ça, la France paraît engagée dans un spirale infernale. Les incivilités, euphémisme douteux, sont monnaie courante. Voir un pays où le "vivre-ensemble" ne se perd pas en caricature dans le pourrissement de l'espace public par une minorité agressive rend franchement intolérant à la petite délinquance. La différence est si criante que j'ai eu honte quand là-bas on m'a parlé de cette situation française tellement incompréhensible et que j'ai entendu : "Mais comment vous pouvez laisser faire des choses comme l'agression de touristes ? Même les Champs Elysées sont dangereux !"